AccueilGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [Récit] Génèse de Lorndor, version Impériale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Raven

avatar

Nombre de messages : 1
Race : Troll

MessageSujet: [Récit] Génèse de Lorndor, version Impériale   Dim 4 Mar - 19:43

Genèse de Lorndor


La Création

Au commencement il y avait tout. Tourbillonnant dans le vide informe de l’éternité, il y avait tous les éléments qui composaient et divisaient l’infini de l’univers. Il y avait la flamme dansant au cœur de la pierre et la vapeur de l’eau sifflant dans l’air furieux entre les ombres et les lumières. Il y avait l’ordre et tout le bien du monde à venir dans la beauté du vide, et aussi grande était la beauté du chaos et du mal grondant dans l’espace déchiré. C’est alors que vint Cerdà pour s’émerveiller des tremblements de la création, le premier d’entre tous les êtres ouvrant son esprit et embrassant à lui seul tout l’univers.

Cerdà sentit la force, il sentit les flots d’énergie s’agitant entre les éléments en guerre. Le Mana était partout, source même de l’existence, berceau de la conscience et père du premier à la porter. Pourtant, ce courant faillit l’emporter et tout l’avenir du monde avec lui. Il était irrésistible, poussant, tirant, déchirant de toutes parts alors que les éléments s’entrechoquaient dans leur danse furieuse. Déjà à l’Aube des Âges, le premier ne fut plus l’unique et dans un cri de douleur déchirante qui se noya dans les fracas muets de la tempête et du vide, il y eut trois êtres.

Jahael fut emporté loin au-dessus du monde. Il s’éleva dans la lumière aveuglante, dans l’ordre serein, la douceur bienfaisante et la danse presque vivante des forces qui régnaient dans l’azur sur la tempête. Ajharak fut noyé profondément dans les abîmes de l’univers. Il s’enfonça dans les ténèbres impénétrables, le chaos hurlant et le mal douloureux des abysses froids et morts de l’enfer sous l’orage. Cerdà, le dernier des trois, brisé mais délivré des courants furieux, ancra de toutes ses forces son esprit au centre de l’univers et résista aux vagues du Mana enragé. Alors les trois consciences joignirent leur peine en une seule voix, et ensemble se dressèrent contre le torrent déchaîné des éléments.

Ils luttèrent pendant des milliers de vies pour sauver leur existence, séparant les éléments, assemblant la matière, la conscience matant la tempête de la création pour en façonner un univers au centre duquel il y avait la terre. Cerdà, Jahael et Ajharak définirent le temps et l’espace, sculptèrent le roc et la terre en vallées profondes et en monts gigantesques. Ils soufflèrent l’air dans le ciel et noyèrent les vallées sous l’eau calme. Enfin, ils cachèrent et étouffèrent le feu au cœur de la terre.

Alors, leur labeur terminé, ils traversèrent le monde pour se rejoindre à nouveau. Ils en furent incapables. Ils avaient changé. Le cœur de Jahael était devenu blanc et dur, un marbre doré bon et généreux. Les pensées d’Ajharak avaient sombré dans la noirceur et la violence, devenues sèches et sans vie. Accablés, ils pleurèrent longtemps, presque aussi longtemps que leur infini travail avait duré. À travers ses larmes, Cerdà observa la terre devant lui et vit que les mains de Jahael et d’Ajharak elles aussi y avaient laissé des marques et des cicatrices différentes, des plaines et des océans doux et chauds, des montagnes et des déserts éclatés et glaciaux.

Les larmes de Cerdà tombèrent alors pour la terre et sur elle et pour la première fois le Mana s’y déversa et s’y ébranla. Les courants agitèrent à nouveau ses mers et ses rivières, les nuages se rassemblèrent et grondèrent dans son ciel, le feu rugit dans son ventre et la terre trembla et glissa sous sa colère. Aux côtés de Cerdà, Jahael et Ajharak s’épouvantèrent de la ruine de leurs efforts à contenir les tourments de la naissance du monde. Ce ne fut alors pas un cri de douleur ou des pleurs qui émanèrent des pensées de Cerdà, mais ces paroles déterminées :
" Mes frères, nous avons fait cette terre et elle porte les traits de chacun de nous. C’est avec ces parts de nos esprits que nous enchaînerons les éléments une fois pour toutes et pour l’éternité "
Ainsi vinrent au monde les Dieux, enfants des trois, facettes de leurs esprits et incarnations de leur volonté de mater la matière hurlante et démontée.

Calaelen vint à la conscience, gardienne de la vie qu’elle emprisonna dans l’herbe des vallées et le cœur de tout ce qui tremble et soupire. Et pour chérir et protéger cette vie qu’elle leur offrit pour toujours, elle fit des Elfes son symbole, les modelant à sa ressemblance et les faisant immortels. Vinrent ensuite ensemble Balgrim et Hëlmor, maîtres de la lumière et des ténèbres. Helmör laissa la nuit libre d’envahir le ciel et cacha l’ombre dans les entrailles de la terre et sous les arbres noirs. Il créa les Trolls pour le servir dans l’obscurité, silencieux et rusés. Balgrim suspendit alors la lumière dans le soleil et les étoiles et la fit surgir des craquements du feu pour percer les voiles de la nuit. Il modela les Nains dans la pierre des montagnes et fit battre le feu dans leurs cœurs, qu’ils apportent la lumière dans les abîmes les plus profonds du monde. Bactic et Parnmourn apparurent alors, défenseur de l’ordre et semeur de chaos. Bactic étudia le monde et grava ses lois dans des tables et des règles. Il enchaîna les éléments les uns aux autres et ordonna leur place dans le monde, créant les Gnomes à l’esprit de rouages pour étudier l’ordre qu’il avait établi. Parnmourn brisa alors ces chaînes et laissa les éléments déferler sur le monde, guidant leurs tempêtes selon sa volonté. Il fit les Taurens immenses et brutaux et c’est le tonnerre de ses orages qui anima leurs âmes. Frowyn apparut alors pour cacher la sagesse, le courage et la bonté dans le cœur des hommes et de tous les autres êtres, suivie par Cragdish qui y planta la jalousie, la peur et la haine et fit des Orcs les enfants de son courroux. Enfin, dernier des Dieux, Malgr s’incarna pour imposer un terme à la création de tous les autres, que la mort emporte leurs enfants et leurs œuvres pour que de nouvelles puissent se lever. Il créa les Morts-Vivants, agents de sa volonté, symboles immuables du destin du monde.

Alors Cerdà, Jahael, Ajharak, les huit Dieux et les premiers de leurs enfants descendirent sur la terre pour y emprisonner les forces du Mana pour toujours. Chacun des huit Dieux et leurs créatures en prirent en eux une partie et furent chargés de sa protection puis prirent place autour de Cerdà. " La création du monde est terminée, et la colère dans les cieux est tombée. Maintenant, mes enfants, cette terre vous appartient. " Jahael leva alors les bras et de l’océan fit surgir un continent vaste et clément où allèrent les Elfes, les Nains, les Gnomes et les Hommes. " Voici In’Mil, terre pour mes enfants. Ici vivront les miens, ici règnera ma vie, ma lumière, mon ordre et ma bonté ". Ajharak étendit sa main vers les montagnes et entre elles il creusa une vallée immense et rude où prirent place les Trolls, les Taurens, les Orcs et les Morts-Vivants. " Je crée Karrog Nur, qu’y courent libres la mort et l’ombre, le chaos et le mal, qu’y marchent mes enfants ". Enfin, Cerdà parla à nouveau et fit surgir au-delà des montagnes, sur les rivages de la mer, un pays vert et magnifique où couraient les derniers torrents de la magie. " Pour nous, pères de la terre, je crée un dernier continent. Je crée Lorndor, le Pays des Songes. Dans cette contrée, j’immortalise toute la beauté de notre œuvre et y scelle tout son pouvoir, qu’ici nous puissions nous en émerveiller toujours et à jamais. " Alors les Dieux et leurs pères descendirent les derniers sur la terre, marquant la fin de la Création.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Récit] Génèse de Lorndor, version Impériale
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Garde impériale
» armée impériale napoléonienne et européenne
» Armée romaine impériale ADG2
» Conseils contre la Garde Impériale (Gros tanks)
» {AIF} Armée Impériale Française

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HordE :: LE TRIP'HORDE : une salle de jeux publique :: La Bibliothèque Publique-
Sauter vers: